Assez de la méchanceté entre militants!

pinky-swear-329329_1280

Il est 3h du matin et je ne peux pas dormir. Je ne peux pas dormir car j’ai un immense poids sur le cœur depuis plusieurs semaines.

Récemment, je me suis retirée volontairement d’une association de défense des animaux parce qu’en faire partie me rendait malade. La raison était que j’avais fait un certain nombre de “maladresses” complètement involontaires qui ont déplu à la direction de l’association. Je ne suis pas en colère, juste malheureuse d’avoir eu à me retirer d’une association dont je respecte le travail. Je n’ai pas questionné ou cherché à défendre les dites maladresses; elles étaient justifiées. Mais ce qui m’attriste est que, comme toujours, un ou une militante soit jugée sans savoir exactement d’où il/elle vient et quel a été son parcours.

Je ne me suis pas retirée de l’association pour mes maladresses (on apprend toujours à s’améliorer) mais parce que j’ai été jugée comme une militante incompétente parce que je connais très mal le militantisme Français. Cependant, ce n’est pas de la fainéantise de ma part.

Comme certains d’entre vous le savent, j’ai vécu 18 ans aux USA (non stop) et je suis devenue militante là-bas. Ce que les gens en Europe ne comprennent pas est que vivre aux USA, c’est se retrouver pris dans une bulle (comme dans la série TV “Under The Dome” ou une petite ville américaine se retrouve littéralement sous un dôme invisible dont les habitants ne peuvent s’échapper). Les USA vivent sous un dôme de non-information (et désinformation) dans un monde remplis ironiquement d’information. On peut être militant là-bas mais n’avoir aucune idée de ce qui se passe ailleurs, même avec la meilleure volonté.

Je rentre en France âpres 18 ans (contre mon gré, ce qui n’est déjà pas simple – mais c’est une autre histoire) et je me vois accusée de nullité militantiste sans qu’on essaie même de comprendre le pourquoi du comment.

Le jugement des autres est une spécialité Française qui dépasse de beaucoup celle des Américains. Je m’en rends compte lourdement depuis que je suis revenue. Et franchement, j’ai du mal à le vivre. Depuis que je me suis retirée de cette association, je dors très mal et j’ai un mal-être constant. Peut-être que ma réaction peut paraitre exagérée mais quand je vois comment les gens se tirent dans les jambes dans ce pays, j’ai presque honte d’être française (quoique je ne me sois jamais vraiment sentie française de toute manière).

Voir ce que les gens font sur les animaux, comment ils les maltraitent et même comment ils nous insultent ne me dérange plus: je suis blasée. J’en ai vu de toute sorte, y compris quand j’ai visité des élevages californiens pour documenter les conditions déplorables des vaches. Mais quand ça vient de ceux et celles qui devraient être de mon coté, cela me fait horriblement mal. De plus, cela aussi dégoute des militants potentiels de se joindre au mouvement. Lorsque l’on voit les dissentions, beaucoup peuvent penser qu’on ne vaut pas mieux que ceux que l’on combat.

Les militants américains, je n’en dément pas, ne sont pas tendres non plus. Cependant, ils savent créer des communautés de support, des communautés où les gens peuvent se sentir plus inclus bien plus qu’en France. Je ne cherche pas à les défendre. En fait, j’ai souvent beaucoup de critiques à leur égard. C’est juste une évidence basée sur mon expérience sur place.

Après une conversation avec une amie récemment, je suis maintenant consciente de jusqu’où peut aller la méchanceté française et à quel point des gens (qui devraient être dans le même camp et se donner du support) perdent leur temps à se tirer dessus.

Quand j’ai entendu Jean-Pierre Garrigues du CRAC à Arles dire: “Ca suffit ces conneries!” (En rapport avec les bagarres internes), j’ai eu envie de l’embrasser pour avoir dit tout haut ce que je pensais tout bas.

De la même manière que, même étant Végane (pure et dure si je puis dire), je comprends et je supporte malgré tout les gens qui ne sont pas encore arrivés ou je suis dans leur évolution intellectuelle, émotionelle et spirituelle vis-à-vis de notre relation avec les animaux. Ils sont après tout où j’étais pendant longtemps. De plus, je suis “coach” holistique en nutrition végétalienne, donc mon travail consiste a partir du point où sont les gens avec gentillesse et compréhension et les amener progressivement vers le meilleur d’eux mêmes (non seulement pour eux mais pour les animaux bien sur).

On avance tous à des vitesses différentes. Le principal est, qu’au bout du compte, on arrive tôt ou tard (le plus tôt possible serait bien sur idéal). La société n’est pas tendre avec nous, on le sait, car nous sommes déjà très marginalisés. Mais nous tirer dans les jambes parce que certains d’entre nous n’ont pas encore tout compris est comme blâmer un embryon pour ne pas devenir un bébé plus rapidement. De plus, cela fait le jeu de ceux qui nous oppose. En d’autres termes, c’est “diviser pour mieux régner”. C’est complètement stupide et improductif.

Donc, j’ai le cœur lourd, même après plusieurs jours. Par moment, je regrette ma décision d’avoir “démissionnée” en tant que bénévole (et je ne demande pas à ce que l’on me reprenne). Je croyais que j’aurais du support. J’ai eu beaucoup de sourires, de merci dans certains cas. Mais au bout du compte, je n’ai pas eu l’information dont j’avais besoin pour être efficace et bien comprendre le fonctionnement de cette association car personne n’a compris mes difficultés à me “réinsérer” sur la France et surtout, je me suis sentie ridiculisée publiquement au sein du groupe.

Alors arrêtons de taper sur les autres parce qu’ils sont ignorants de certains faits. Et surtout, ne les ridiculisons pas et ne les rendons pas malheureux parce qu’ils ne sont pas encore ce que l’on veut qu’ils soient. L’ennemi est en face, il ne devrait pas être dans nos rangs!

Les animaux ont besoins de nous, pas de notre colère ou jugement envers les uns et les autres. Eux, ils n’en ont rien à faire de nos bagarres, ils veulent uniquement ne plus être abusés et tués.

Sources:

– Pourquoi les Français détestent les Américains – Slate.fr

– Les villes les plus véganes aux USA: Peta.org

– Communautés intentionelles véganes aux USA: The Vegan Village, Vegan Homeland (Detroit, Michigan), VegNet (site qui liste des communautés), Vegan World Trekker (blog), Vegan Off-Grid Community,

– Communauté végane (bouddhiste) en France fondée par Thich Nhat Hanh: Le Village des Pruniers.

Les Américains et le voyage à l’étranger de Ludovic Hubler explique très bien pourquoi l’Amérique est si renfermée.

– Photos des élevages en Californie: Facebook

– Vidéo du rassemblement anti-corrida de Arles avec Jean-Pierre Garrigues

 

Photos:

haut- Pinky Finger (www.Pixabay.com – Free stock photos)

Dessous: Animal Rights Conference 2014 Los Angeles & WorldFest Los Angeles 2014

 

© Copyright Mai 2015 – Vegan Empowerment Francophone/Veronique Perrot – Tout droits réservés. Toute utilisation et/ou publication non-autorisée de ce matériel sans l’autorisation verbale ou écrite de cette auteur et/ou de cette propriétaire est strictement interdite. Des extraits ou des liens peuvent être utilisés si un crédit clair et complet et donné avec une direction spécifique et appropriée vers le contenu original.

 

My DxE friends from San Francisco

Mes amis (et famille) de DxE (Direct Action Everywhere) de San Francisco

A WorldFest, festival Eco-vegan de Los Angeles en 2014.

A WorldFest, festival Eco-vegan de Los Angeles en 2014.

Advertisements
This entry was posted in militantisme, véganisme and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

15 Responses to Assez de la méchanceté entre militants!

  1. Frederic says:

    Beaucoup ne tolèrent plus l’ignorence qui fait tant de mal sans que l’on s’en rendent compte, mais l’altruisme des défenseurs des animaux en font aussi des amis extraordinaires. Courage !

    Like

  2. Laurence says:

    Rien à ajouter, tout est dit et bien dit !
    Je respecte autant les non vg que les végétariens, les végétaliens et les végans.
    Je ne suis vg que depuis 6 ans, mais avant ? Et bien j’étais comme bon nombre de personnes. A chacun son rythme d’évolution, à chacun d’avoir (ou non) une prise de conscience.
    Je reste de toute façon persuadée que de militer dans l’agressivité ne sert à rien. Le but étant d’ouvrir un dialogue et d’être entendu et compris.
    Merci pour ce post, ça fait du bien de lire ça 🙂

    Like

  3. Orelie says:

    Merci beaucoup pour ce beau message. Vous n’êtes pas seule à être déçue par le monde de la PA et le milieu associatif. Un appel à la tolérance et à la remise en question qui nous concerne tous. PS: bienvenue en France quand même 😉

    Like

  4. Amandine-Rachel says:

    Merci, merci, merci pour cet article !!! Tout est dit. Il faut commencer par se regarder soi-même au lieu de juger les autres. On ne peut pas, on ne doit pas être agressif avec les autres. Chacun fait son chemin, ce n’est pas facile, il faut expliquer à ceux que ça intéresse que changer les habitudes c’est possible et c’est facile. Il s’agit de faire tomber des œillères . Nos amis omnis ne nous suivront certainement pas à coups d’injures et de jugements !… Et puis on doit continuer à vivre avec collègues , famille , amis . La meilleure des publicités est notre bienveillance envers les autres : animaux et hommes , et le contenu délicieux de nos assiettes véganes ! On est pas tous agressifs 😉 ! Bienvenue en France, je te souhaite de rencontrer très vite des VG / militants plus sympas qui relèveront le niveau suite à cette expérience !

    Like

  5. elisatreize says:

    Merci pour votre message. Tout n’est pas tendre ni beau en France, malheureusement. Je comprends que vous soyez déstabilisée en venant d’un grand pays comme les Etats-Unis. Parfois c’est difficile de côtoyer certaines personnes dans la protection animale qui sont à l’opposé de nos idées (je pense au racisme, et à l’homophobie, à l’anti-féminisme- eh oui, curieusement il y en a…) mais nous sommes là dans le même but, la protection animale, promouvoir le véganisme, faire enfin avancer les choses… Bon courage à vous et bienvenue dans ce vieux pays, que l’on déteste parfois, ça m’arrive, mais qui est le nôtre et on fait avec ce qu’on a… 🙂

    Like

  6. jean alain says:

    hello bella la France et le pays de la critique quand tu entend parler ici des usa c est le pays du diable mdr sois disant que tous le monde et arme et tire partout mais comme le proverbe le dis on voit la paille dans l oeil du voisin mais pas la poutre dans le sien les gens qui critique a ce point déjà dans 99p100 des cas n ont jamais quitter le pays et regarde la tv h24 bref continue et ignore les cons

    Like

      • veronique2 says:

        J’en aurai long à dire sur tout ce que tu viens de citer et je ne gène pas de le dire aux Américains. L’avantage d’avoir vécu dans deux pays est que, lorsqu’on vient d’Europe, on voit les défauts (et qualités) des Américains. L’avantage d’avoir vécu aux USA est que j’ai aussi de la perspective sur la France.

        Like

  7. Je ne vais pas te rassurer mais c’est cela a toujours été comme cela au sein des associations françaises. Et c’est comme cela encore aujourd’hui. Faute à qui ou à quoi… je ne sais pas. Oui, le jugement est une spécialité française, on juge avant même de savoir. Même lorsqu’il n’y a rien, on trouve de quoi extrapoler, on fabule, on perd la raison. Peut être que tout cela est dû tout simplement à la passion. Les français sont des gens passionnés. Encore plus ceux acquis à une cause dans une association.

    Car association rime avec passion, passion quasi amoureuse même, et la passion est tout sauf raisonnable, elle domine celle ou celui qui la porte, elle est destructrice.
    Je constate tous les jours autour de moi que la passion ne permet aucun recul, elle met des œillères aux gens qui ne fixent que leur objectif quitte à oublier tout le reste, voire même à marcher sur autrui…

    Mais ces gens passionnés sont des victimes. Ils sont cassés de partout, très fatigués, ils oublient parfois qu’il y a une vie à côté de la lutte et ils provoquent, malgré eux, des dégâts collatéraux. Et les premiers a en souffrir ce n’est pas le camp adversaire mais les proches.

    Je me suis extrait de cela personnellement depuis longtemps et mes engagements sont plus sereins qu’autrefois. Je fais fi de ces guerres de clochers qui me sont incompréhensibles où chacun reproche aux autres exactement les mêmes choses sans aucun fondement. Une vraie maison de fous.

    De tels comportements sont néfastes aux objectifs car contraires aux fondamentaux qui font les associations. Ces comportements enferment aussi les militants dans une bulle au goût amer qui les rends hystériques, voire parfois agressifs. Pas bon pour amener le grand public à rejoindre une cause ou à motiver des militants. Et on tient difficilement une lutte sur la durée dans ces conditions… cela épuise.

    Personnellement, j’ai appris, par expérience, que les combats les plus sereins menés avec détermination sont ceux qui fonctionnent le mieux. D’ailleurs, ce n’est pas ce que prônaient King, Gandhi, Thoreau et cie ?

    Du coup, j’espère qu’au delà de mes engagements au sein de mon association, j’apporte un peu de cette “sagesse” (sans prétention aucune 🙂 ) autour de moi, dans le milieu associatif.

    Si tu as été viré d’une association, ce n’était peut être pas la bonne, ce n’était pas des gens qui te correspondaient, cherche en une autre, jusqu’à trouver celle qui te corresponde.

    Like

    • veronique2 says:

      Je tiens à préciser que je n’ai pas été virée mais que je n’ai pas aimé certaines choses et donc je suis partie. En tout cas, merci pour tous les bons points de tes commentaires.

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s