Tolérance du “choix des autres”: Un faux choix

10264095_10152261731228138_3403812295168391686_o

Depuis que je suis rentrée en France, j’entends beaucoup de Français parler du “choix des autres”. Les arguments sont qu’il ne faut surtout pas imposer notre “choix” aux autres et que manger des animaux est un choix. Je vois ici une grande différence d’opinion entre les végans Français et les végans Américains qui ont une idée bien plus claire sur le sujet.

1. Argument #1: Manger des animaux est un choix personnel.

Oui c’est un choix moral que l’on fait lorsque l’on reconnait que les animaux ont le droit à leur propre détermination et que nous n’avons aucun droit de les exploiter pour des raisons futiles de nourriture (inutile), de vêtements (encore inutile) ou de spectacle (d’autant plus inutile). Les animaux sont des êtres qui chérissent leur vie autant que nous. Leur dénier ce droit par que l’on ne veut pas déranger les autres est simplement spéciste.

“En tant qu’individus et en tant que culture, notre capacité de guérir, de nous transformer et évoluer au-delà de cette vieille mentalité de profanation est liée à nos choix alimentaires plus qu’à toute autre chose. Méditer pour la paix mondiale, prier pour un monde meilleur, et travailler pour la justice sociale et la protection de l’environnement tout en continuant à acheter la chair, le lait et les œufs d’animaux horriblement maltraités expose une déconnexion qui est si fondamentale qu’elle rend nos efforts absurdes, hypocrites, et voués à un échec certain ” .

– Will Tuttle “The World Peace Diet” (Nourrir La Paix)

 

2. Argument #2: On ne peut pas imposer notre choix à d’autres.

S’il est vrai que l’on ne peut pas forcer les gens à changer, nous avons une responsabilité morale de faire comprendre aux gens l’impact de leurs actes sur les animaux, la nature et leur santé. Ne pas le faire fait de nous des hypocrites envers les animaux qui attendent notre aide et n’ont aucun moyen de se défendre. C’est aussi accepter notre autodestruction. C’est un fait maintenant reconnue que l’élevage est la plus grande cause du changement climatique et de pollution générale. Et il est aussi reconnu que nous pourrions nourrir jusqu’à 12 milliards de gens si tout le monde adoptait un régime végétalien. Refuser de dire la vérité parce que cela est dérangeant nous rend complice d’un écocide et d’un génocide ou environ 12,000 enfants, des milliards d’animaux terrestre (70 millions chaque jour rien qu’aux USA) et des milliards d’animaux aquatiques sont massacrés CHAQUE JOUR.

Comme dit aussi le militant Américain Ed Coffin:

Je trouve offensant qu’il y ait ceux dans ce mouvement qui croient que les non-végans sont trop stupides pour comprendre le concept et qu’ils doivent y graviter par leurs propres moyens. Par conséquent, ils affirment que nous devons abaisser notre message et utiliser un message trompeur pour amener les gens à faire des progrès. S’il vous plait! Soyez cohérent et présentez l’information dans son intégralité. Personne ne dit que vous devez devenir végan du jour au lendemain, mais il ne faut pas supposer que les gens sont trop stupides pour comprendre la vérité!

~ Ed Coffin (15 Juin 2014)

3. Argument #3: Manger d’autres animaux est le choix de chacun.

Ceci est un faux argument. Depuis notre naissance, nous sommes tous endoctrinés par notre culture, religion, etc… à manger d’autres animaux. Ce n’est pas un choix puisqu’il a été imposé par d’autres (nos parents, professeurs, culture, etc…). Est-ce que l’on est uniquement des robots qui suivent les ordres dictés par la majorité ou sommes-nous de vrais végans qui remettons en cause l’endoctrinement sociétal qui nous pousse à nous conformer à, non-seulement des mythes nutritionnels, mais aussi des idées qui n’ont plus leur place au 21ème siècle si l’on veut vraiment sauver les animaux ET la planète de nous-mêmes?

Comme Will Tuttle l’a expliqué dans son best-seller “The World Peace Diet” (Nourrir la Paix), nous avons affaire à une “culture d’élevage” vieille de 8,000 à 10,000 ans qui est patriarcale et dont la mentalité régnante est “la loi du plus fort” et qu’il est normal d’exploiter d’autres espèces, les femmes, d’autres cultures et le monde naturel.

Gary Francione ajoute également:

Si vous consommez des produits laitiers et vous considérez comme une féministe, vous devez m’expliquer comment le féminisme peut être compatible avec la grossesse forcée et répétée, la séparation des mères et des bébés presque immédiatement après la naissance, le meurtre des bébés de sexe masculin, et soumettre les bébés de sexe féminin aux horreurs que leur mères ont souffert.

~ Gary L. Francione (22 Octobre 2013)

Tant que nous maintenons l’idée de domination de cette mentalité, nous serons incapables d’avancer (surtout en France!). La culture et la tradition sont de pauvres excuses qui servent à nous cacher derrière un confort personnel pour ne pas avoir à affronter la colère et le dénie des autres.

Si les choses doivent vraiment changer sur cette planète, il faut arrêter de porter des œillères et avoir le courage moral de dépasser les vieux mythes et créer de nouvelles communautés basées sur la compassion envers tous les êtres et ne pas craindre de clamer haut et fort ce que nous savons être vrai dans nos cœurs.

Nous n’avons plus beaucoup de temps. Les rapports des scientifiques sur l’état de la planète sont drastiques. 1000 espèces en moyenne disparaissent chaque jour de la planète à cause du cartel du bétail et surtout nos “choix”, des OGMs et de l’industrie. N’est-il pas temps de dire “Ca suffit!” et d’ouvrir les yeux pour créer un nouveau futur?

Que le lecteur décide par lui/elle-même quelles sont ses priorités. Personnellement, je suis fière d’être végane et je vais le clamer haut et fort. Mon éthique est plus importante que mon confort personnel ou l’égo des autres. Je ne suis pas sur cette planète pour faire plaisir aux égos des autres mais pour aider les végans du monde entier à amener une transformation radicale de la pensée mondiale qui nous permettra d’avoir un monde plus juste et équitable.

Si vous voulez vraiment ce changement, il est temps de montrer vos valeurs et d’être réellement l’exemple que vous voulez voir dans le monde.

Références:

– “The World Peace Diet” (Nourrir La Paix) bientôt sur Amazon.fr.

Ed Coffin est un militant Américain qui a aussi présenté une émission sur “podcast” pendant plusieurs années.

– Gary Francione “Introduction aux Droits des Animaux” aux Editions l’Age d’Homme.

– Le documentaire à voir sur l’état de notre planète et pourquoi le véganisme est un impératif moral est Cowspiracy (sous-titré en Français).

Photo: “Feedlots” ou parc d’engraissement de vaches laitières. Mes autres photos des “feedlots” de Californie sur Facebook.

© Copyright Avril 2015 – Vegan Empowerment Francophone/Veronique Perrot – Tout droits réservés. Toute utilisation et/ou publication non-autorisée de ce matériel sans l’autorisation verbale ou écrite de cette auteur et/ou de cette propriétaire est strictement interdite. Des extraits ou des liens peuvent être utilisés si un crédit clair et complet et donné avec une direction spécifique et appropriée vers le contenu original.

Advertisements
This entry was posted in militantisme, véganisme and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

4 Responses to Tolérance du “choix des autres”: Un faux choix

  1. Kristel says:

    Je suis tout à fait d’accord. A Pâques, une connaissance de blog avait fait un article sur son souris d’agneau, photos de cadavre à l’appui. Quand je lui ai exprimé mon désaccord, j’ai carrément été lynchée, elle a été jusqu’à dire que “j’étais l’égale des fous de Dieu à la Kalach”. Tout simplement parce que je l’avais dérangée dans sa joie pascale ! Attendre, attendre.. Comme tu l’as dit, on va attendre d’enfermer un pédophile qu’il ait tué 10 enfants ? Non. Alors pourquoi doit-on se taire devant le crime ? Très bel article ! Merci ! Je partage 🙂

    Liked by 1 person

    • veronique2 says:

      Très bien dit Kristel. Je ne vois aucune différence personellement entre les agissement des pédophiles et notre comportement envers les animaux. La souffrance est l’abus sont universels et non liés à une espèce. Merci de partager!

      Like

  2. Sarah N. says:

    Très bon article, par contre il y a une faute de frappe dans l’uns des premiers paragraphe “Leur dénier ce droit par que l’on ne veut “. 😉

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s